Art, Balade & découverte

Un weekend, un quartier : à la découverte de Montparnasse

Si, pour changer des ritournelles de nos weekends, nous partions tout au long du calendrier à l’assaut de quartiers variés qui font l’identité de la capitale française ? Première tribulation urbaine : le quartier de Montparnasse.

♣ Un peu d’histoire

C’est au XVIIe siècle que la butte s’est dégotée un nom pareil, quand une troupe d’étudiants décide d’y déclamer des vers, sans en avoir l’air. Du coup, le monticule prend le nom de la montagne du dieu grec Apollon et de ses neuf muses : le Mont Parnasse. Dès le XIXe, le quartier fait la nique au pôle montmartrois et devient un fief d’artistes qui y trouvent des ateliers peu onéreux pour travailler … Eh ! Oui, les temps changent.

→ L’adresse emblématique

Qui dit Montparnasse dit Belle Époque, qui dit Belle Époque dit brasseries cossues aux nappes vichys et aux assiettes traditionnelles … Le quartier en regorge, mais il en est une plus belle (à notre goût) que les autres, et assurément plus Select : La Closerie des Lilas. Le décor boisé et onirique invite à se lover sur une banquette cosy le temps d’un chocolat chaud ou d’une sole meunière.

♠ Et aujourd’hui ?

Plus trop d’artistes, mais des hordes d’étudiants venus des nombreuses écoles du quartier, qui côtoient les bars le soir venu, mêlés aux voyageurs qui débarquent fraichement de la gare … dans les environs, des familles aisées installées dans les beaux immeubles haussmanniens qui font le tissu architectural du coin.

→ L’adresse hipster

Tout quartier digne de ce nom se doit d’avoir son adresse dans le coup, un peu farfelue, qui brise les codes pour imposer les siens (généralement ceux des Millenials) : de la camaraderie, de l’expérience, du plaisir en partage. Papy aux Fourneaux, avec ses grandes tablées et son esprit rustique, domine l’exercice et offre à ses hôtes un moment de convivialité autour d’une cuisine authentique et généreuse. On adore faire une partie d’échec, confortablement installé dans le canap’, avant de mettre les pieds sous la table … un peu comme à la maison du bonheur.

♥ La vie de quartier

Montparnasse, dont le centre est un îlot breton dédié au sarrasin et au cidre, dispose aussi d’un marché, à Edgar Quinet. Le samedi, on y retrouve des produits frais qui régalent les papilles. Un excellent moyen de se nourrir bio ou locavore. Le même emplacement, le lendemain, se transforme en marché de la création. Parce que Montparnasse est fidèle à ses racines !

→ Montparnasse Artistique

 

Comme tous centres névralgiques de Paris, Montparnasse dispose d’une belle offre culturelle. Nous n’en retiendrons que deux : d’une part la Fondation Cartier qui expose ce mois-ci le photographe malien Malick Sidibé (grandiose), d’autre part l’agglomérat de cinémas qui permettent d’user la toile noire sans souci d’horaires. Ce mois-ci, mention très spéciale pour le Florida Project de Sean Baker, captation poétique et humble d’une Amérique abimée par sa paupérisation et sa culture de l’artifice.

Reste à se laisser porter, à son rythme, à sa guise, le nez en l’air et les mains dans les poches, entre une séance et un chocolat chaud. Pour compléter cette promenade qui ne se veut pas exhaustive, voici, en touffe, quelques étapes qui animeront un weekend parnassien :

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.