Bons plans de la rédaction

10 livres qui font briller l’été

Nous vous proposons cette année des lectures aux émotions multiples toujours gorgées de good vibes qui ne vous laisseront pas indifférents. Les artistes y sont à l’honneur. Le mystère, l’aventure, l’Histoire s’invitent aussi. Enfin, vous goûterez l’évasion grâce aux plus beaux textes de la littérature française et étrangère. Mention spéciale aux traducteurs !

Robert Redford, biographie, Michael Feeney Callan, traduit par Muriel Levet, éditions La Trace

Après Sean Connery c’est à Robert Redford, âgé de 85 ans, que le journaliste Michael Feeney Callan consacre une biographie très fouillée de 765 pages. Fruit de plus de dix ans d’enquête, d’interviews de la star américaine et de témoignages. Ce livre – document revient avec minutie sur la sphère professionnelle comme privée de l’artiste détaillant entre autre son séjour bohême à Paris lorsqu’il était étudiant. Remarqué au cinéma à la fin des années 50 Robert Redford devient vite pour Hollywood un acteur au talent et au charisme incontournables. Pointilleux sur le choix de ses rôles, il l’est également en qualité de réalisateur recevant en1981 un Oscar pour son film Des gens comme les autres. Créateur du festival du film de Sundance en faveur du cinéma indépendant, engagé politiquement, fervent défenseur de la planète, Robert Redford est aussi un homme investi.

Rien de ce destin exceptionnel n’a échappé à Michael Feeney Callan. De fait, il recevra en septembre prochain le Prix Lucien Barrière du Festival du film américain de Deauville pour cette première biographie de la star traduite en français. Passionnant !

Le carnet des nuits, Marie Laurencin, éditions La Coopérative

Marie Laurencin, peintre iconique  du mouvement cubiste et grand amour de Guillaume Apollinaire a écrit sa vie durant. Le carnet des nuits est un recueil mêlé de poèmes et de prose accompagné de 3 dessins. L’artiste se confie sur son enfance ainsi que sur l’apprentissage de son art dans l’exubérance des Années folles. Publié une première fois en 1956 l’ouvrage a séduit la maison d’édition La Coopérative. Elle réédite cette année les écrits méconnus de Marie Laurencin pour le plus grand plaisir des collectionneurs ! On ne résiste pas !

Le Bureau des Affaires Occultesle fantôme du Vicaire, Eric Fouassier, éditions Albin Michel

Retrouvez l’inspecteur Valentin Verne dans le Paris du XIXe siècle avec ce deuxième tome tout aussi mystérieux que le précédent. Emule de François Vidocq, le policier – à la personnalité non moins intrigante que ses affaires – enquête sur des meurtres aux méthodes insolites pour l’époque car liées à l’occultisme. Cette nouvelle intrigue en rapport avec le spiritisme et l’alchimie inquiète d’autant plus Verne qu’elle le ramène à son passé… Palpitant !

Le goût des vacances, collectif, textes choisis et présentés par Virginie Le Gallo, éditions Mercure de France

Ce titre plein de promesses évoque depuis l’Antiquité la période synonyme de détente, de plaisir, d’évasion que représentent les vacances. C’est également une immersion au cœur des plus beaux récits de villégiatures des grands auteurs tels Balzac, Victor Hugo, Marcel Proust, Agatha Christie parmi d’autres. On ne va pas s’en priver !

Sans loi ni maître, Arturo Pérez-Reverte, traduit de l’espagnol par Gabriel Laculli, éditions du Seuil

 C’est au bar l’Abreuvoir tenu par la farouche Margot venue d’Argentine que se réunissent les chiens du quartier. Tous se connaissent. Cependant, la disparition soudaine de deux d’entre eux alerte Negro, l’ancien lutteur aux séquelles profondes qui décide de partir au secours de ses amis.

Ce sont les chiens qui mènent la danse au cœur de cette narration teintée d’humour follement touchante !

Chaque serment que tu brises, Peter Swanson, traduit de l’américain par Christophe Cuq, éditions Gallmeister

Rien ne disposait Abigaïl à épouser un millionnaire. Pourtant, lorsqu’elle rencontre le beau Bruce la jeune femme est sensible à ses attentions romantiques. Le mariage est rapidement programmé. Tout semble idyllique jusqu’à cette fameuse nuit californienne où, enivrée, elle s’égare dans les bras d’un inconnu, Scottie. Une aventure sans lendemain pense-t-elle. Néanmoins, de retour à New York, Abigaïl l’aperçoit dans un café. Troublant. Le soir même Scottie lui envoie un courriel. Il ne peut l’oublier, la priant de venir le retrouver. Comment a-t-il eu son adresse mail ? Etrange voire angoissant. Les noces auront-elles lieu ? C’est le début d’une intrigue infernale aux accents hitchcockiens. Un coup de coeur haletant aux nombreuses références littéraires et cinématographiques ! 

 Le café suspendu, Amanda Sthers, éditions Grasset

Jacques Madelin, portraitiste, vit à Naples depuis plus de 40 ans. Il a ses petites habitudes au café Nube qui ne manque pas d’anecdotes. En outre, le vieil homme est ému par cette tradition qui veut qu’à Naples vous puissiez régler deux cafés dont l’un sera offert à quiconque dans un bar ne peut s’en payer une tasse. C’est ce que l’on appelle « un café suspendu ».

A travers sept chroniques, Jacques Madelin nous raconte ses rencontres attachantes avec des personnages à la vie parfois chaotique dans le théâtre de la généreuse cité napolitaine.

Amanda Sthers excelle à nous livrer une œuvre humaniste empreinte de poésie. On aime !

Chateaubriand à Saint-Tropez, Judith Housez, éditions Equateurs

Saint-Tropez sous les rayons ardents de l’été. Universitaires et romanciers sont réunis à la villa Horatia pour un colloque littéraire  intitulé « Chateaubriand et l’amour ». On connaît le romantisme de l’auteur. Une participation incontournable pour les inconditionnels de l’écrivain. Une invitation réjouissante aux fêtes emblématiques de la ville balnéaire pour les autres ! Tensions cocasses et séduction s’entrelacent au gré de l’œuvre de Chateaubriand. Irrésistible !

Brigantessa, Giuseppe Catozzella, traduit de l’italien par Nathalie Bauer, éditions Buchet-Chastel

1848. Née au sein d’une famille démunie de Calabre puis élevée sous le joug tyrannique de sa sœur aînée, Maria est éprise de liberté. L’Italie est alors en pleine révolte, divisée entre richesse au Nord et pauvreté au Sud. Tombée éperdument amoureuse du rebelle Pietro la jeune femme fuit les siens et le suit dans sa quête effrénée de justice. Aux côtés de Garibaldi, Maria prend la tête d’un groupe de brigands. Ciccilla, la « brigantessa » est née. Hors-la-loi, son destin la mènera sur des routes irrévocables.

Un roman historique basé sur l’authentique parcours de Maria Oliverio héroïne de la Première Guerre civile italienne dont les exploits ont fasciné toute la patrie même au-delà. Trépidant !

Au commencement, Antoine Audouard, éditions Phébus

Fils de journalistes, petit-fils d’écrivains et de libraires, Antoine Audouard, a toujours été bercé par les livres. D’où très tôt une inclinaison à dévorer tous les genres de littérature classique comme populaire y compris les revues.Plus tard, il affine ses préférences, se rapproche de Balzac, Flaubert, Zola. Devenu éditeur ensuite écrivain il nous propose des incipit – débuts de romans – de ses ouvrages favoris. Des extraits choisis des plus beaux textes de la littérature française et étrangère avec une prédilection pour Tchekhov. Le tout au fil des bribes de son histoire familiale, de ses rencontres professionnelles autour du livre ; de la musique et des films qui le portent. Une pépite littéraire qui ne manque ni d’humour ni de passion. On adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.