Interviews

Rencontre avec Ines de la Fressange : l’icône du style parisien lance sa première ligne de parfums

Depuis toujours, Ines de la Fressange représente la personnification ultime du chic parisien. Plus besoin de présenter cette icône à la fois très féminine et décontractée que la fashionsphère toute entière admire ! À l’occasion du lancement de sa toute première collection de parfums, Paris Select est parti à la rencontre de l’ex-top modèle star reconvertie en auteure, créatrice et figure incontournable de la mode.

Paris Select : L’idée de créer un parfum, on vous l’a suggéré ou alors c’est quelque chose qui germait dans votre tête depuis un petit moment ? 

Ines de la Fressange : Je voulais le faire car je n’aimais pas tellement ce que je trouvais en parfumerie dernièrement et puis je rêvais d’un parfum traditionnel. De la grande parfumerie française, un truc élégant mais pas rasant ! On m’a alors suggéré l’idée mais je savais que ça allait être difficile… Je suis arrivée au premier rendez-vous avec les nez et je leur ai dit ‘écoutez je suis une casse-pied terrible je déteste tout, je n’aime pas ces flacons, ces odeurs agressives… Je n’aime rien de ce qui se fait. Je veux bien créer un parfum mais ça va être difficile, ça va prendre des années !’ 

 

PS : Comment ont-elles réagi du coup ? 

IdlF : Oh, ça n’avait pas l’air de les déranger ! Elles étaient très calmes, souriantes. Elles prenaient des notes de tout ce que je racontais, ce que j’aimais, ce que je n’aimais pas… Et au deuxième rendez-vous déjà, elles avaient préparé des échantillons à me faire sentir. J’étais épatée parce que vraiment, j’aimais beaucoup. Elles m’ont coupé le sifflet !

 

PS : Parlant des nez, Delphine Lebeau et Sophie Labbé nous ont dit que c’est vous qui les aviez choisies ?

IdlF : Oui ! En réalité, j’ai regardé vaguement les parfums qu’elles avaient fait auparavant sans y connaître grand chose mais sur les photos elles avaient l’air super sympathiques ! Puis dès que je les ai rencontrées, je les ai adorées tout de suite. Elles ont été vraiment bienveillantes et talentueuses.

PS : Niveau parfums, vous êtes plutôt boisé, fruité, floral… ?

IdlF : Alors j’aime plutôt les parfums boisés… J’adore les parfums anciens.

PS : Vous êtes fidèle en parfumerie ?

IdlF : Oui, une fois que je trouve un parfum que j’aime, je ne change pas. Je ne comprends pas ces femmes qui ont un parfum de jour, un parfum de nuit, un parfum d’été, d’hiver… Ce serait comme changer d’opinion ! 

PS : Y en a-t-il un qui vous a suivi toute votre vie ? 

IdlF : Oui, pendant très longtemps j’ai porté Mitsouko de Guerlain, d’ailleurs quand mes filles étaient petites, elles disaient « maman tu portes du moustiko » alors elles ne voulaient absolument pas que je le mette !

 

PS : Alors, c’est celui-ci qui vous définit le plus ?

IdlF : Hmmm, je dirais que c’est un peu par décennie les parfums. On en met un pendant 10 ans et hop, on change ! Aujourd’hui, celui qui me définit le plus c’est Blanc Chic. J’ai l’impression qu’il existe depuis toujours, il est subtil, élégant et très raffiné…

 

PS : Donc dans la collection signature, Blanc Chic est votre petit chouchou. Qu’en est-il de la ligne voyage ? 

IdlF : Dans les voyages, j’aime beaucoup Indigo Kimono, il est très joli et je pourrais parfaitement le porter lui aussi. 

Mannequin, créatrice de mode, de parfumerie, auteure… Dans quel domaine vous-êtes vous le plus épanouie ? 

IdlF : Vous savez, pour moi, dès que quelque chose est créatif c’est intéressant. Dessiner quelque chose que ce soit un soulier, un sac ou un vêtement, puis après de voir le prototype c’est toujours une expérience magique.

PS : Vous ne vous arrêtez jamais ! Quels sont vos futurs projets, y a t-il de nouvelles collaborations en vue ? 

IdlF : Et bien l’année dernière, j’avais fait un livre sur des portraits d’hommes, des Parisiens, et ça avait super bien marché, du coup j’aimerais faire la même chose avec les femmes. Il faut que je vois ça avec mon éditeur ! En parallèle, ça fait 2 ans que je travaille avec Frédéric Périgot pour Monoprix. C’est de la déco, du mobilier de plein air pour faire du camping mais hyper glamour et surtout, au prix Monoprix ! Prouver qu’on peut faire bien et pas cher, c’est vraiment tout ce que j’aime. Puis il y aura aussi ma 13ème collection avec Uniqlo… On n’aura jamais vu une collaboration aussi longue ! À chaque fois, ma façon de procéder c’est de me dire ‘qu’est ce que j’aimerais trouver chez untel ou untel’.

PS : C’est très agréable de voir que vous vous intéressez à ce qui est accessible.

IdlF : Oui, c’est vraiment ce que j’aime : montrer qu’on peut faire bien à des prix raisonnables et que le luxe, l’élégance peuvent se démocratiser. C’est très important pour moi qui viens d’un monde du grand luxe, de la couture. L’exercice de style de faire bien et accessible, ça me paraît très intéressant. Regardez, si je dessine un pull en cachemire 10 fils, ça va être somptueux mais ça va être vendu à un prix exorbitant… C’est très facile de faire ça ! Du coup, pour moi, c’est un véritable challenge toutes ses collaborations. 

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.